WP_20130615_005_thumb10

alors on y va !

par contre je vais publier ce billet en trois fois car canalblog refuse la totalité en une fois apparemment !

WP_20130615_023_thumb6

je vous emmène tout d’abord à l’Hospice Comtesse à Lille, où a lieu, jusqu’au 30 juin, l’exposition “Extases” de Ernest Pignon Ernest.

voici ce qu’on peut lire sur le site :

“Extases”

hospice-comtesse_thumb2

crédit photo – Hospice Comtesse

En écho à l'exposition "Traits de génie", la chapelle du Musée de l’Hospice Comtesse accueille l’installation monumentale « Extases », réalisée en 2008 par Ernest Pignon-Ernest. Les expressions à la fois spirituelles et charnelles des grandes figures mystiques telles Marie-Madeleine, Catherine de Sienne et Thérèse d’Avila s'y révèlent du 3 avril au 30 juin 2013.

Ernest Pignon Ernest perce l'invisible.
Il donne à voir des chairs qui aspirent à se désincarner, capte les traces d'expériences ineffables.
Avec les outils les plus simples, le fusain, les crayons et le papier, à la fois peau, voile et linceul, il trace la quête de la pureté.
On découvre avec lui, selon le mot de André Velter "qu’un secret affleure, se façonne, s’éveille en quelque sorte, charnel et impalpable, sensuel et très pur."
C'est l'invitation qui vous est faite du 3 avril au 30 juin dans la Chapelle du Musée de l'Hospice Comtesse, lieu où résonnent les voix de tant de femmes.

WP_20130615_024_thumb5

les œuvres sont réalisées sur d’immenses panneaux de papier, suspendus au dessus d’un bassin d’eau ; la pièce est plongée dans le noir, et par alternance les œuvres s’éclairent.

ces quelques photos ne sont pas très bonnes car prises avec mon téléphone et sans flash bien évidemment, mais patience !

la noirceur de l’eau représente les ténèbres de l’âme ; la mise en scène est absolument magnifique !

WP_20130615_006_thumb3

inspirée des écrits de ces mystiques, cette installation rappelle comment les écrits, les mots et la poésie s’inscrivent dans le travail d’Ernest Pignon Ernest et sont souvent à l’origine de ces créations ; l’artiste vous en livre quelques extraits.

…J’ai rêvé dans la Grotte où nage la Syrène…

Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron :

Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée

Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.

Gérard de Narval

émotion garantie !